Une arrivée, un départ, une boite à souvenir ! ♥

Image

Quel bonheur pour une expat’ d’attendre l’arrivée d’un être cher, mieux encore, l’arrivée de son Papa ! Tout comme l’hiver et l’attente de Noël, j’ai passé quelques temps à me demander quel programme j’allais pouvoir lui concocter afin qu’il passe dix jours INOU-BLI-ABLE ! Observation des baleines en Zodiac ? New-York ? Montréal ? Observation de l’ours noir ? Charlevoix ? Petit détour par le festival d’été ? Canoë? Kayak ? 4 roues… ? Découverte des spécialités locales ? Farniante dans le Spa ? Tant de choses à faire, et si peu de temps pour toutes les réaliser !

Juste avant son arrivée, je me suis sentie toute excitée, comparativement à un enfant devant l’immensité de ses cadeaux le 25 décembre… Dernière nuit difficile, quelque peu agitée par le stress, et l’impatience de sa venue. Au final, je me suis rendue à l’aéroport bien avant l’heure à laquelle il devait atterrir, – ben quoi, on ne sait jamais si l’avion décidait d’avoir de l’avance…pour une fois hein ?? – Assise à la vitre, un café à la main, j’ai attendu, encore et encore, une gorgée de café, un coup d’oeil sur la piste, un autre sur l’écran des arrivées…

Quel bonheur indescriptible, de l’attendre devant la porte, sayez il était là, à Québec, pour la première fois ! C’est avec des papillons dans le ventre qu’on est tout de suite allé visiter Québec, ses petites rues pittoresques, la Marina, et ses petits marchants ambulants !

Au final, en dix jours, nous avons pu faire énormément de choses, forcément en Québéquie nous n’avons pas droit à cinq semaines de vacances, il fallait donc réussir à profiter au maximum tout en travaillant mes 40 heures/semaine ! Chose difficile mais réalisable, je vous assure !

Dix jours, dix dodos, dix soirées, dix petits déjeuner plus tard, le voilà reparti dans notre belle Alsace, et ce n’est pas sans un gros mal au coeur !

On l’imagine pas vraiment avant de la vivre cette dualité du coeur, sans cesse partagé entre la joie intense de notre nouvelle vie et la tristesse profonde de laisser bien des gens dernière nous… Les émotions se mélangent chaque jour, et l’expression « passer du rire aux larmes » prend tout son sens dans ce genre d’expérience ! L’expatriation. Une bien particulière situation, mélange de surprises sans fin et de tempêtes intérieures. Deux mondes qui s’entremêlent. l’avant, le présent, l’après…

Étrange sensation des “au revoir” à répétition. On penserait prendre l’habitude au bout de trois départs, on quitte les gens d’ici qu’on aime, pour retrouver les gens de là-bas et  vice-versa… Quelque soit le voyage, des larmes de peine couleront d’un côté de l’Atlantique le temps de le traverser pour faire place aux larmes de joie à notre arrivée. Cette sensation constante de ne pas être entièrement satisfaite de notre choix, l’entre deux… deux pays différents, deux vies différentes, deux cultures, deux points de repères… mais un seul océan qui nous sépare !  

On pourrait se sentir immunisée depuis le temps, pourtant c’est à chaque fois la même émotion… cette sensation d’un bout de soi qui s’arrache avec peine. 

Les aéroports, les portes d’embarquements je les aime pour les retrouvailles, autant que je peux les haïr pour les au revoir… Malgré tout, qu’on se le dise, il n’existe pas de bonheur plus intense que ces instants partagés, ces émotions ressenties. Ces moments de retrouvailles, d’échanges et de découvertes. Ces heures à sillonner les routes, ce bonheur qu’on ressent à partager un bout de notre nouvelle vie. C’est fou cette façon d’apprendre à savourer chaque seconde, chaque minute passée avec nos proches, à rire, papoter, rattraper le temps perdu, se ressasser nos souvenirs… Petits bonheurs simples qui prennent une tournure toute autre, une saveur magique et indescriptible. C’est à ce moment que la fabrique des souvenirs se met en marche!

Une photo, une musique, un souvenir, un rien suffit pour me fractionner le coeur, mais ça, je le savais, alors haut les coeurs et vive la vie, c’est avec beaucoup de force qu’il faut s’efforcer à trouver le sommeil et se réveiller pour un lendemain plus joyeux ! En fait… c’est toujours mieux ailleurs, j’ai toujours le mal du pays où que je sois, partout où je vais. Je pense simplement être nostalgique d’un pays qui n’existe pas ….Mais ça, c‘est le prix à payer pour vivre ses rêves…

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Image

Image

A A Départ - Vol (25)

Sur la route des Baleines

PicMonkey Collage1

Après une tentative quelque peu infructueuse lors de ma première venue sur le territoire en mai 2011, c’est avec joie que j’ai repris la route des baleines en ce beau début du mois de juillet. J’avais déjà posé pied à Tadoussac, mais cette fois-ci c’est aux Bergeronnes que je me suis retrouvée. Et mon dieu …. Que-de-surprises !

Partir un week-end voir ces magnifiques mammifères marins faisait parti intégrante de ma “To-do-list” de choses à faire en arrivant ici ! Nous sommes parties un vendredi soir pour avoir le temps de faire une petite escale dans le village de Baie-Saint-Paul, se promener, flâner.. et nous avons passé la nuit dans le chalet à Petite-rivière-St-françois ! C’est frais et de bonne humeur que nous avons poursuivi notre route 138, jusqu’aux Bergeronnes  ! Arrivée là-bas, à 10h30 c’était pique-nique-vraiment-trop-à-l’arrache et observation des baleines en attendant notre sortie en mer, euh… dans le fleuve ! L’activité étant tellement touristique -merci- plusieurs choix peuvent s’offrir à nous/vous ! Actuellement c’est un peu la vue-guerre entre 2 grandes compagnies… Sans faire de pub pour personne, je pense que la meilleure compagnie pour observer les baleines est « Essipit’ ! C’est celle que nous avons choisi, et notre petit zodiac 12 places était vraiment l’idéal ! Mieux que les gros bateaux de mamie avec toilette, intérieur chauffé et cafétéria qui restent à perpette les alouettes des baleines ! Bilan du séjour, nous avons aperçu des baleines à bosses, une baleine bleue, des rorquals communs, des petits rorquals, des bélugas, et même deux petits phoques tout choupinou ! J’en ai pris plein les mirettes !

cropped-picmonkey-collage2.jpg

9

7

P1160396

P1160248

5

10 mai 13′, ou le jour de mon nouveau départ…

 

Partir, revenir, repartir, découvrir 

– En route vers la résidence permanente – 

Parce que j’aime Paris, Montréal, Québec, New-York, Brooklyn, les grands espaces, ma meilleure amie, les lacs, le Fleuve Saint-Laurent,  les taxis, la tour Eiffel, le théâtre, l’Opéra, la créativité, un gouter chez Angelina, un Hot dog à la frite mexicaine, se trimousser dans le marais, se balader sur la 5ème avenue, les musées, faire mes courses au Bon Marché, me dorer la pilule sur les plages Bretonnes, photographier, filmer, rêver, voyager, découvrir le monde…  

Vieux-Québec

Vieux-Québec

10

5

cropped-sortie8.jpg